Accueil


le site interactif

Accueil > Informations > Articles > Les druides vus par Jules César

Articles

Les druides vus par Jules César
(Extrait de "La Guerre des Gaules", chapitre VI - Traduction J.-L. Brunaux, Ed. Errance)

Dans toute la Gaule, il n'y a que deux classes d'hommes qui comptent quelque peu et soient estimées. [...] l'une est celle des druides, l'autre est celle des chevaliers. Les premiers s'occupent des affaires religieuses, ils ont en charge les sacrifices publics et privés, expliquent les pratiques religieuses : à eux se joignent de très nombreux jeuns gens qui viennent recueillir leur enseignement ; enfin ces druides sont chez eux en grand honneur. En effet, ils rendent les jugements dans presque tous les conflits, qu'ils soient publics ou privés, et si quelque crime a été commis, si un meurtre a été perpétré, s'il y a un conflit au sujet d'un héritage ou au sujet de limites, ce sont eux qui jugent, qui décident du dédommagement et de la peine. [...]

Tous ces druides obéissent à l'un d'entre eux, celui qui, parmi eu, a la plus grande autorité. A sa mort, si l'un des druides surpasse les autres par son mérite, il lui succède ; si plusieurs paraissent avoir des compétences égales, ils s'affrontent pour obtenir ce pouvoir par le suffrage des druides, quand ce n'est pas l'emploi des armes. A une date fixe de l'année, ils siègent en un lieu consacré du pays des Carnutes, qui est considéré comme le centre de toute la Gaule. Là, de partout, tous ceux qui ont des différends se réunissent et obéissent à leurs décisions, à leurs jugements. Leur doctrine aurait été créée en Bretagne et, de là, elle aurait été transmise en Gaule - estime-t-on ; et, aujourd'hui encore, ceux qui veulent la connaître plus en détail, le plus souvent, vont là-bas s'y instruire.

Les druides ne participent pas habituellement à la guerre et ne paient pas de contribution comme le reste de la population [...] [Les druides] estiment qu'il n'est pas permis par la religion de confier à l'écriture cet enseignement, tandis que pour pratiquement tout le reste, affaires publiques ou privées, l'alphabet grec est utilisé. Ils semblent avoir institué cette règle pour deux raisons : d'une part, parce qu'ils ne veulent pas que leur doctrine soit divulguée ni que, d'autre part, ceux qui apprennent, confiants dans l'écriture, mettent moins à contribution leur mémoire. Il arrive en effet, assez ordinairement, qu'apprenant sous la pretection de l'écrit, on relâche son attention et sa mémoire. Les druides avant tout veulent convaincre que les âmes ne disparaissent pas, mais qu'après la mort elles quittent les corps pour aller dans d'autres corps ; ils pensent que cette croyance stimule au plus haut point le courage, parce qu'elle fait mépriser la mort. Par ailleurs, ils dissertent abondamment sur les astres et leur mouvement, sur la grandeur du monde et de la Terre, sur la nature des choses, sur la puissance des dieux immortels et sur leurs compétences, et ces connaissances, ils les transmettent à la jeunesse.

[ Faites découvrir ce site à vos amis ]
[ Informations | Jeux | Divers | Contacts ]
[ Forum | Livre d'or | Sondage ]
Retour